dictionnaire pour illustrer les changements de noms révolutionnaires

Grelibre ou Colles sur Boulou ; les noms révolutionnaires auxquels on a échappé

« La révolution, on s’est assez battu pour y arriver alors pas question de se voir gâcher le plaisir par quelques communes mal nommées ! »

Ça a du être en substance ce que se sont dit les hommes et les femmes de 1789.

Par un décret du 25 vendémiaire an II (16 octobre 1793), les révolutionnaires ont donc invité les communes dont le nom rappelait « les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou de la superstition » à changer de nom et « de s’en occuper incessamment » !

Exit tout ce qui évoquait la féodalité ou les symboles de l’Ancien Régime mais également tout ce qui commençait par « Saint » ou « Sainte », en raison de la déchristianisation.

Au total, ce sont environ 1 200 villes ou villages qui se verront affublés de nouveaux noms dit « noms révolutionnaires » ce qui donna lieu à des choses assez cocasses tels que :

–> Grenoble qui devint Grelibre
–> Versailles : Berceau de la Liberté
–> Compiegne : Marat-sur-Oise
–> Saint Malo : Fort Malo
–> Saint-Crépin-de-Richemont : Colles-sur-Boulou (??? si quelqu’un à un début d’explication, je prends…)
–> Marly Le Roi : Marly la Machine
–> Monaco : Fort-l-Hercule
–> Chateauthierry : Egalité sur Loire
–> Bourg-La Reine : Bourg l’Égalité
–> Mont-Saint-Michel : Mont-Libre
–> Saint-Germain-en-Laye: La-Montagne-du-bon-Air

Certains noms ont également été changés par pure vengeance tels que Lyon qui devint « Commune-Affranchie » ou Marseille qui pendant très peu de temps certes, s’est appelée la « Ville-sans-Nom ».

Pour la plupart, les noms révolutionnaires disparurent sous Napoléon.

Notons également que cette lubie républicaine n’affecta pas que les noms de ville.

Les patronymes ainsi que la façon de parler virent de nouvelles règles apparaitre.

On ne s’appelait plus « Monsieur Bidule » mais « Citoyen Bidule » ; le tutoiement fut rendu obligatoire par loi car le vouvoiement rappelait la servilité envers les nobles et les noms à particules furent systématiquement associé à la noblesse et nombres de français préférèrent la faire effacer de leur état civil plutôt que de perdre la tête.

Il existe d’ailleurs quelques traces écrites de situations burlesques prétendument engendrées par tous ces changements.
Impossible d’avérer de leur véracité mais elles sont tellement drôles que je ne résiste pas à l’envie d’en partager au moins une avec vous !

Un jeune aristocrate comparaît devant un tribunal révolutionnaire et l ‘un des juges demande :
– » Quel est votre nom ?
– François , comte de Saint-Cyr » répond l’accusé .
– Il n’y a plus de comtes.
– Alors : François de Saint-Cyr.
– Les particules sont supprimées.
– Alors : François Saint-Cyr.
– Il n’y a plus de saints.
– François Cyr.
– Il n’y a plus de sire.
– … »

Sous le Directoire, on assistera a la mode inverse et il sera de bon ton de bannir tout ce qui pourra rappeler la Révolution.
Les Merveilleuses et les Incroyables iront même jusqu’à supprimer le R de leur langage ! Mais on en palea une aute fois, promis 😉

(Si le coeur vous en dit, la liste complète des noms révolutionnaires est consultable ici : Noms Révolutionnaires)

 
 

Une autre anecdote ?

Ingeburge et philippe auguste, une histoire de panne sexuelle ?

Ingeburge et Philippe-Auguste, la Panne Sexuelle qui plongea le Royaume dans le Chaos

Découvrez pourquoi le mariage de Ingeburge et Philipppe Auguste plongeat le royaume de France dans le chaos pendant près de 20 ans.

One comment

  1. Par Bevau sur Twitter :
    « Effectivement Neufchâteau s’appela Mouzon-Meuse, du nom des 2 cours d’eau qui la baignent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.