décoration d'un sapin de noel : guirlandes et boules

Boules, Guirlandes et Sapin… d’où ça vient ?

Noël, j’adore !
Pour moi n’est pas une fête, c’est un état d’esprit.
Entre traditions séculaires et innovations risquées autour de la recette des gingerbread, je m’éclate !


Alors je ne vous (re)ferai pas le topo sur le choix étrange de la date du 25 décembre comme étant (soi-disant) la date de naissance de Jesus (que si tu veux savoir pourquoi cette date est complètement zarbi, je t’invite à cliquer sur le petit bouton juste là cher(e) ami(e) ).
En revanche… je vais me targuer d’un petit point sur la tradition du Sapin de Noël et ses jolies décorations.

Parce qu’où poserait-il ses paquets, le gros barbu en rouge, s’il n’y avait pas mon beau sapin !?!

– Les origines du Sapin de Noël

Les premières utilisations d’un arbre pour célébrer la renaissance du soleil au solstice d’hiver remonteraient à plus de 1500 ans avec Jesus-Christ.
Les Egyptiens, les Romains et même les Chinois utilisaient des ramures d’arbres à feuillage persistant tressées en couronne pour symboliser le cycle ininterrompu de la vie (laurier, buis, olivier…)

Un peu plus tard, chez les Celtes, histoire de bien symboliser ce retour à la fertilité de la terre nourricière après le rude hiver, on choisit l’épicéa, symbole d’enfantement, qu’on décore de fruits, de fleurs, de blé…

Puis au 4ème siècle, c’est la christianisation à outrance et l’Eglise décrète que le 25 décembre est le jour anniversaire de la naissance de Jesus pour contrecarrer les célébrations païennes à cette date.
Exit le sapin païen. Dorénavant ce sera messe de la nativité pour tout le monde !
Bref, grosse éclate à Noël !

épisode du chêne de thor abattu par saint boniface qui réhabilita le sapin comme arbre catholiqueIl faut attendre le 8ème siècle pour voir réhabiliter le sapin…
Boniface de Mayence (qui deviendra Saint Boniface par la suite) voulant convaincre les druides encore un peu trop présents à son goût que le chêne n’était pas un arbre sacré, en fit abattre un.
En tombant, le chêne aplatit tout ce qui se trouvait sous sa ramure à l’exception d’un jeune sapin. (c’est ce qu’on appelle l’épisode du Chêne de Thor.)

Ni une ni deux, Boniface hurla au miracle, décrétant dans le même temps : « Désormais, nous appellerons cet arbre, l’arbre de l’Enfant Jésus. »
Et hop ! le tour était joué.
Le sapin était devenu chrétien.

C’est toutefois seulement au 12ème siècle que le sapin devient véritablement l’Arbre de Noël.
Nos amis allemands cultivant le chrétien sapin à outrance, c’est par l’Alsace qu’il fait son entrée en France dans les familles bourgeoises protestantes.
Notamment par Selestat qui est la première ville à autoriser l’abattage d’arbres en période de Noël à des fins décoratives.

On l’orne alors de pommes rouges (petit rappel au jardin d’éden), de confiseries, de petites oublies pour symboliser l’Eucharistie et d’une belle étoile au sommet pour rappeler – bien sûr – l’étoile de Bethléem qui guida les rois mages.
(si tu ne sais pas ce qu’est l’oublie, clique vite là –> )

A partir du 17ème siècle, on l’illumine avec de petites coquilles de noix remplies d’huile.

Et maintenant vous savez pourquoi les couleurs de Noël sont le rouge et l’or.
Le rouge pour les pommes, l’or pour les lumières… CQFD.

La germanique Princesse Palatine, belle sœur de Louis XIV tenta d’importer cette tradition en France mais les comptables du roi trouvèrent la demande trop dispendieuse.
portrait de hélène de Mecklembourg, belle fille de louis philippe, qui introduisit la tradition du sapin de noel à la cour de France
Marie Leszcynska, femme de Louis XV retenta le coup en 1738… sans plus de succès.

C’est finalement la princesse Hélène de Mecklembourg, bru de Louis-Philippe, qui fera rentrer le sapin à la cour de France en faisant ériger un arbre décoré aux Tuileries en 1837.

La guerre Franco-Prussienne de 1870, finira d’achever l’invasion du Sapin de Noël dans tous les salons français (plus uniquement aristocratiques ou bourgeois); les alsaciens quittant massivement leur région pour trouver refuge un peu partout sur le territoire.

– Les origines des boules et des guirlandes

cristkindel apfle, pomme rouge de noel alsacienne initialement utilisée pour décorer le sapin de noelInitialement l’Arbre de Noël était donc orné de pommes rouges, rappelant le jardin d’Eden.
Notons qu’aujourd’hui encore, dans l’Est de la france, vous pouvez trouver la variété de petites pommes écarlates qu’on utilisait à l’époque : la «Christkindel Apfel».

Mais en 1858, une grande sècheresse frappa l’Est de la France, privant toute la région de ses décorations de Noël.
Un maître verrier de Moselle eût alors l’idée de souffler des boules de couleur rouge afin de remplacer les pommes et de conserver leur bel aspect aux sapins de Noël.

Petit à petit, les couleurs et les formes évoluèrent laissant place aujourd’hui à l’expression des plus folles excentricités décoratives.

Les guirlandes quand à elles ne sont que les descendantes des guirlandes de fleurs que tressaient les familles lors des veillées pour orner les sapins.
L’urbanisation ne permettant plus vraiment d’approvisionner tout le monde en fleurs, les matières synthétiques ont pris le relais, rejointes plus tard par les guirlandes lumineuses moins dangereuses que les chandelles ou les lampions de noix dans les branches du désormais traditionnel sapin de noël.

 

 

Sources : Histoire de l’Arbre de Noel, Selestat – Web Divers

Une autre anecdote ?

Ingeburge et philippe auguste, une histoire de panne sexuelle ?

Ingeburge et Philippe-Auguste, la Panne Sexuelle qui plongea le Royaume dans le Chaos

Découvrez pourquoi le mariage de Ingeburge et Philipppe Auguste plongeat le royaume de France dans le chaos pendant près de 20 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.